Une maison au cœur de la littérature

Depuis plus de cinquante ans, le Literarisches Colloquium Berlin (LCB) est profondément ancré dans la vie culturelle berlinoise, et son rayonnement dépasse largement les frontières de la ville. Située au bord du Wannsee, la villa du 19ème siècle accueille les événements les plus divers : présentations de livres, festivals, parcours de lectures sur plusieurs scènes, vernissages d’expositions de planches de BD, entretiens retransmis à la radio sur Deutschlandfunk dans la série »Studio LCB«, séries d’entretiens politiques, programmes tels que le Dramatiker·innenlabor, s’adressant aux auteur.trices de théâtre, ou encore mini-foires, telles celle des »petits éditeurs au bord du grand Wannsee« (Kleine Verlage am Großen Wannsee).

La revue littéraire »Sprache im technischen Zeitalter« paraît de longue date en interaction avec le programme de la maison. Chaque année a également lieu l’atelier Autorenwerkstatt Prosa, destiné aux jeunes auteur·trices en langue allemande, et tous les deux ans sont remis au LCB les prix Alfred Döblin (fondé par Günter Grass, en coopération avec l’Akademie der Künste) et le Prix de critique littéraire fondé par Jörg A. Henle.

Lieu de résidence pour les auteur·trices et les traducteur·trices du monde entier, le LCB accueille ceux-ci dans le cadre d’un vaste programme de bourses et de subventions. La maison est également présente à l’international avec divers voyages et échanges qui avaient, à l’origine, comme axe principal l’Europe centrale et de l’Est. En coopération avec la Fondation Robert Bosch, le LCB organise le programme Grenzgänger, et subventionne des séjours de recherche à l’étranger pour des auteur·trices, réalisateur·trices et photographes traitant de sujets de société et d’actualité.

L’aide à la traduction occupe une place centrale dans son action : l’Atelier de traduction berlinois (Berliner Übersetzerwerkstatt), la Rencontre internationale de traducteur·trices (Internationales Übersetzertreffen) ou la Journée de la traduction (Übersetzertag) ont de longue date leur place dans le calendrier du LCB. C’est ainsi qu’a été créé au sein de la maison le Deutscher Übersetzerfonds, qui développe depuis plus de vingt ans un programme d’ateliers et de bourses et, avec le programme TOLEDO, soutient les traducteur·trices dans leur rôle de passeurs entre les cultures.

Depuis 2006, Literaturport.de constitue un port numérique pour plus d’un millier d’auteur·trices et leurs textes ; on trouve également sur ce portail un calendrier des événements littéraires, un guide des prix et des bourses et une mise en réseau des scènes littéraires berlinoises internationales. La plate-forme audio dichterlesen.net, créée en 2011, rassemble les archives sonores du LCB – en coopération avec les Archives littéraires de Marbach (Deutsches Literaturarchiv Marbach) et les Maisons de littérature de Bâle et de Stuttgart. Les enregistrements des événements de ces dernières décennies ainsi que différents parcours audiovisuels constituent une histoire de la lecture littéraire.

La diversité des profils développés par le LCB au fil des ans renvoie à la pluralité de ses mécènes et partenaires. Citons le Sénat de Berlin, le Ministère des Affaires étrangères, la Fondation Robert Bosch, la Déléguée du gouvernement fédéral pour la culture et les médias, la chaîne de radio Deutschlandfunk, la Foire du Livre de Leipzig, le Goethe-Institut, ARTE et le théâtre Maxim Gorki. Le LCB est également engagé dans la Berliner Literaturkonferenz, qui regroupe les maisons de littérature berlinoises et les acteur·trices de la scène littéraire indépendante, ainsi que dans le réseau des maisons de littérature germanophones literaturhaus.net.

Traduction: Stéphanie Lux

360